Pétrole de schiste : le marché a atteint son point de saturation

L’épuisement de la ressource n’est pas la seule menace qui pèse sur la production américaine de pétrole de schiste. Selon Bill Barnes, un analyste pétrolier américain, la demande mondiale pour ce pétrole très léger aurait atteint sa limite. Non pas parce que le monde est en train de se détourner des carburants fossiles, mais parce que le pétrole de schiste ne permet pas de produire tout le diesel et le kérosène dont l’industrie a besoin, ce qui plafonne le ventes de ce produit. Continuer la lecture de « Pétrole de schiste : le marché a atteint son point de saturation »

L’auto est morte, vive le… camion

Plus tôt cette semaine, Ford a annoncé qu’elle cesserait d’ici 2022 la production de tous ses modèles de voitures, sauf la Mustang. Les deux autres grands fabricants américains, General Motors et Fiat-Chrysler, ont déjà annoncé des décisions comparables. Mais ne vous réjouissez pas trop vite : si la voiture arrive en fin de vie, c’est que les consommateurs préfèrent désormais les camions légers, plus gros, plus lourds et plus énergivores. Continuer la lecture de « L’auto est morte, vive le… camion »

Rentabilité du pétrole de schiste : le cas d’Eagle Ford

La production de pétrole de schiste est-elle rentable? Et peut-être être soutenue encore longtemps? Art Berman, un analyste pétrolier réputé, vient apporter de nouvelles réponses à ces questions. Une analyse de la production et des bilans financiers des entreprises pétrolières actives dans la zone de Eagle Ford, au Texas, montre que 45 % de la production locale a été faite à perte et que 77 % des entreprises actives localement ont perdu de l’argent. Le pétrole semble par ailleurs se tarir dans la région. Continuer la lecture de « Rentabilité du pétrole de schiste : le cas d’Eagle Ford »

Compétitivité des carburants de synthèse pour le transport maritime en 2040

Le transport maritime international est actuellement responsable d’environ 2,1 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et de quantités considérables de polluants soufrés. Pourra-t-on bientôt remplacer le diesel par des carburants de synthèse? Une récente étude réalisée par l’Université technique de Lappeenranta, en Finlande, a évalué les coûts probables de divers carburants à l’horizon 2040 et a conclu à des prix de 10 à 25 % plus élevés que dans le contexte actuel. La différence est jouable avec une réglementation internationale appropriée. Continuer la lecture de « Compétitivité des carburants de synthèse pour le transport maritime en 2040 »

Sables bitumineux de l’Alberta : un plafond d’émissions rempli de trous

En vertu d’une entente signée en 2016, l’Alberta s’est engagée à limiter à 100 millions de tonnes par année les émissions de gaz à effet de serre liés à l’exploitation des sables bitumineux. On a beaucoup critiqué ce seuil, jugé beaucoup trop élevé. Mais il apparaît maintenant que cette « limite » comporte d’importantes échappatoires – l’équivalent des émissions d’un petit pays comme le Costa Rica ou le Nicaragua. Continuer la lecture de « Sables bitumineux de l’Alberta : un plafond d’émissions rempli de trous »

Que valent les projections de production pétrolière?

Que valent les projections de production pétrolière de l’Agence internationale de l’énergie? Une étude récente s’est penchée sur le sujet, suivant l’évolution des données publiées dans les rapports annuels World Energy Outlook (WEO) de 2000 à 2016 et comparant ces projections aux résultats réels observés depuis. Il apparaît que la marge d’erreur demeure significative et que les décideurs politiques devraient mieux tenir compte de cette incertitude, notamment celle qui concerne le pétrole non conventionnel et la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Continuer la lecture de « Que valent les projections de production pétrolière? »

La résilience du réseau électrique américain repose encore sur le charbon

Du 27 décembre 2017 au 8 janvier 2018, les États-Unis ont vécu une « bombe cyclonique » marquée par une vague de froid couvrant la majeure partie du pays, ce qui a sollicité le réseau électrique à sa limite. Une récente étude du Département de l’énergie montre que sans l’apport du charbon utilisé comme réserve, des millions d’Américains auraient été privés de courant au plus fort de la crise. Les énergies renouvelables n’ont pas été à la hauteur et les auteurs s’alarment de la perte de résilience du réseau électrique américain. Continuer la lecture de « La résilience du réseau électrique américain repose encore sur le charbon »