La Russie aurait passé son pic pétrolier en 2019

Un document de stratégie du ministère russe de l’Énergie reconnaît qu’il est peu probable que la Russie retrouve un jour son niveau de production pétrolière de 2019. Autrement dit, le pétrole russe aurait passé son pic. La reprise de la production s’annonce lente et partielle, avant de repartir à la baisse quelque part entre 2029 et 2035. Continuer la lecture de « La Russie aurait passé son pic pétrolier en 2019 »

Le prix du rhodium a triplé depuis l’été 2020

Le prix du rhodium a triplé depuis l’été dernier. Il se vendait alors moins de 10 000 dollars l’once troy (31,1 grammes). Depuis la fin de mars, son prix atteint environ 30,000 dollars l’once, soit près de mille dollars le gramme. C’est un record de tous les temps pour ce métal aux usages très spécialisés, dont la production satisfait de moins en moins la demande croissante. C’est aussi un métal d’intérêt pour l’industrie de l’hydrogène.

rhodium prix

Dans le tableau périodique des éléments, le rhodium appartient au groupe du platine, une série d’éléments rares partageant diverses propriétés chimiques. On y trouve le platine et le rhodium, bien sûr, mais aussi le palladium, l’iridium, le ruthénium et l’osmium. On classe aussi parfois le rhénium dans cette catégorie. Le rhodium est le métal le plus rare du groupe, produit dans une dizaine de mines seulement dans le monde. Sa concentration dans l’écorce terrestre est d’une partie pour 200 millions.

La production mondiale en 2020 n’a atteint que 18,1 tonnes : on aurait pu la charger en entier dans un seul camion semi-remorque. Elle oscillait autour de 23,3 tonnes les années précédentes. Elle est concentrée à 82 % dans un seul pays, l’Afrique du Sud. Une partie de la demande est comblée par la filière extrêmement efficace du recyclage des pots catalytiques, qui ne fournit toutefois que de 6 à 7 tonnes supplémentaires par année (données de 2009).

rhodium production

Alors que la production a répondu à la demande pendant toutes les années 2010, on s’attend dans l’avenir immédiat à des déficits croissants, qui pourraient atteindre 300 000 onces (9,3 tonnes). C’est ce déficit qui fait maintenant exploser le prix du rhodium.

Utilisation industrielle et énergétique

La consommation, se concentre à 80 % environ dans les pots catalytiques des voitures, qui servent à réduire les émissions polluantes. Un pot catalytique utilise en général de 6 à 15 grammes d’un mélange de palladium (surtout), de platine et de rhodium (moins d’un gramme), selon la puissance du moteur. Ceci peut sembler minime, mais il existe environ 1,2 milliard de voitures dans le monde. La taille croissante des voitures, de même que l’adoption de normes antipollution plus strictes en Chine, ont fait exploser la demande.

Le rhodium est aussi un métal associé à l’économie de l’hydrogène : des travaux publiés en 2020 ont montré qu’utilisé en petites quantités comme catalyseur, il améliore le rendement de l’électrolyse. On l’utilise déjà dans certaines technologies de piles à combustible. La Toyota Mirai, par exemple, utiliserait 14,1 grammes de métaux du groupe platine et des véhicules plus gros en feraient une consommation encore plus importante – possiblement jusqu’à 30 grammes par voiture. Le manque de disponibilité des métaux du groupe platine – dont le rhodium – pourrait limiter le potentiel de l’hydrogène comme carburant.

Le rhodium compte aussi un certain nombre d’applications industrielles. Il est important dans la fabrication de certains contacts électriques et de certains équipements scientifiques. On s’en sert aussi pour fabriquer des miroirs à haute réflectivité, notamment dans les phares des voitures. Il sert aussi en joaillerie, où il entre dans la composition de l’or blanc.

 

Sources :



Bassin Permien : un déclin annoncé

Un graphique publié aujourd’hui par The Energy Bulletin Weekly illustre la montée fulgurante des forages horizontaux et de la production de pétrole de schiste dans le bassin Permien, au Texas. Mais il montre aussi les lents effets de la déplétion pétrolière sur le nombre de puits depuis 2015 et donne une mesure de ceux de la pandémie sur la production dans cette région. Bien que le recul de la production soit assez modeste en quantité, ce coup de frein très brusque suggère que cette région a dépassé son pic. Continuer la lecture de « Bassin Permien : un déclin annoncé »

Les émissions de CO2 repartent à la hausse en dépit de la pandémie

L’année 2020 a été marquée par une diminution des émissions de CO2 jamais vue depuis la Deuxième Guerre mondiale – en moyenne, sur l’ensemble de l’année. Hélas, selon un récent rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) cette baisse a été de courte durée et fortement concentrée sur le début de la pandémie, au printemps. Elle s’était complètement résorbée dans les économies émergentes dès la fin de l’été. En décembre 2020, malgré une reprise plus lente dans les pays industrialisés, les émissions mondiales dépassaient déjà de 2,1 % le niveau de 2019. Le répit aura donc été de courte durée et sans conséquences durables. Continuer la lecture de « Les émissions de CO2 repartent à la hausse en dépit de la pandémie »

Recension : Radiations et révolution

Le dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2021, sera probablement marqué par de nombreux bilans et récits rétrospectifs. On peut parier que peu d’entre eux proposeront un angle aussi original que le livre Radiations et révolution, paru à la fin de février. Rédigé par Sabu Kohso, un théoricien japonais des luttes sociales et un militant anticapitaliste de longue date, il raconte comment les citoyens et les groupes sociaux se sont positionnés face à la catastrophe et comment les diverses réponses se sont inscrites dans la continuité des luttes amorcées dans la foulée de la destruction d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945. Continuer la lecture de « Recension : Radiations et révolution »

Parution de l’édition 2021 l’État de l’énergie au Québec

Johanne Whitmore et Pierre-Olivier Pineau, chercheurs à la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, ont lancé le 28 janvier la nouvelle édition de l’État de l’énergie au Québec. Cet ouvrage annuel, devenu un incontournable, présente les principales données énergétiques relatives à la Belle Province et donne de précieux points de repère tout en dissipant quelques préconceptions. On en trouvera ici quelques faits saillants, mais le lecteur curieux a tout intérêt à consulter le texte complet d’une soixantaine de pages, gratuitement disponible en ligne. Continuer la lecture de « Parution de l’édition 2021 l’État de l’énergie au Québec »

Enjeux matériels de la fabrication de vélos dans un monde postcroissance

Le vélo est perçu comme l’outil low tech et décroissant par excellence. Mais qu’impliquent au juste sa production et son entretien en termes d’organisation du travail, de ressources matérielles et énergétiques et de choix techniques? Cette étude s’interroge sur la forme que pourrait prendre la production de bicyclettes en contexte décroissant et sur les dépendances qu’entraîne le choix de miser sur ce mode de transport. Elle explore le concept de l’atelier de fabrication de vélos, installation plus petite et plus conviviale qu’une usine moderne, et explore les tensions entre la simplicité à atteindre et l’efficacité technique nécessaire à une activité manufacturière légère. Continuer la lecture de « Enjeux matériels de la fabrication de vélos dans un monde postcroissance »

La covid-19 a facilité l’adoption des nouveaux carburants maritimes

La nouvelle norme IMO 2020 imposant l’utilisation de carburants maritimes moins soufrés est entrée en vigueur le 1er janvier 2020 dans un climat d’appréhension. Les raffineries de pétrole ne paraissaient pas prêtes à fournir les quantités voulues de mazout à faible teneur en soufre et on craignait que les armateurs ne se rabattent sur du carburant diesel, provoquant une flambée des prix pour ce carburant. Mais ces craintes ne se sont pas matérialisées et la transition a été facilitée par une alliée imprévue : la covid-19. Continuer la lecture de « La covid-19 a facilité l’adoption des nouveaux carburants maritimes »

Les contrats à long terme, obstacle au retrait des carburants fossiles

Une étude récemment publiée par la Union of Concerned Scientists jette un éclairage intéressant sur les contrats à long terme d’approvisionnement en carburants fossiles, principalement en charbon. Ces contrats sont monnaie courante dans le secteur américain de la production électrique. Leur durée est variable, mais va de quelques années à quelques décennies – 50 ans dans certains cas. Pour nombre de producteurs d’électricité, ces engagements à long terme, aux conditions souvent très dures, sont un sérieux obstacle à l’abandon des carburants fossiles et à l’adoption d’énergies renouvelables. Continuer la lecture de « Les contrats à long terme, obstacle au retrait des carburants fossiles »

L’électricité rationnée dans trois provinces chinoises

Trois provinces chinoises comptant près de 150 millions d’habitants connaissent de graves problèmes d’approvisionnement en électricité. Les autorités ont imposé de strictes mesures de contrôle de la consommation de courant dès le 14 décembre et la crise semble devoir durer tout l’hiver. Le temps exceptionnellement froid et une activité industrielle très élevée ont fait gonfler la demande en charbon, dont le cours s’est envolé sur fond de pénurie. Cette crise se déroule sur le fond d’un embargo chinois sur le charbon australien, en vigueur depuis la fin de l’été. Continuer la lecture de « L’électricité rationnée dans trois provinces chinoises »