Le cours du pétrole repart à la baisse

Il est de bon ton, depuis quelques mois, d’annoncer que le prix du baril de pétrole montera bientôt à 100, 200, voire 400 dollars. L’analyste pétrolier Art Berman estime pour sa part que le cycle haussier actuel touche à sa fin. Non seulement la crise iranienne est en voie d’être résolue, mais de plus la production mondiale a tellement augmenté en 2018 que les stocks ont recommencé à augmenter. Dans les prochains mois, le cours du pétrole ne va pas s’effondrer, mais il aura tendance à diminuer. Continue reading « Le cours du pétrole repart à la baisse »

Le prix du diesel est-il vraiment trop élevé?

Les manifestations prévues en France le 17 novembre canaliseront une grande variété de frustrations, mais qu’en est-il au juste de leur déclencheur, la hausse du prix du carburant diesel? Une comparaison de prix du gazole et de l’essence montre que celui-ci représente encore un aubaine, si l’on tient compte de son contenu énergétique 12 % supérieur à celui de l’essence. Par ailleurs, les données historiques montrent que le prix du carburant demeure raisonnable par rapport au pouvoir d’achat des Français. Continue reading « Le prix du diesel est-il vraiment trop élevé? »

Pour l’Office national de l’énergie, l’avenir appartient au pétrole!

L’Office national de l’énergie (ONÉ) a publié, le 2 novembre, son nouveau rapport intitulé Avenir énergétique du Canada 2018 : Évaluation du marché de l’énergie. Bien que cet exercice couvre en principe tous les aspects de la production énergétique canadienne, il étudie principalement la production pétrolière, à laquelle il prédit un bel avenir au Canada. La part des énergies renouvelables semble au contraire appelée à stagner. De la part d’un organisme réglementaire aussi influent que l’ONÉ, cette vision de l’avenir est plutôt déprimante. Continue reading « Pour l’Office national de l’énergie, l’avenir appartient au pétrole! »

Le pétrole de schiste croule sous les dettes

On sait déjà que l’industrie américaine du pétrole est très endettée, mais ce n’est qu’une partie de ses problèmes. Son service de la dette est très élevé et au taux de profit actuel sur le pétrole, la ressource sera sans doute épuisée avant que l’industrie n’ait réussi à rembourser ses créanciers. Pourquoi prêter de l’argent de l’industrie dans ses conditions? Parce le secteur de la finance y gagne à court terme et qu’il espère refiler la dette à d’autres avant que la bulle n’éclate. Continue reading « Le pétrole de schiste croule sous les dettes »

Le palmarès des plus grands producteurs pétroliers de 2040

En 2040, l’Arabie sera toujours le premier producteur pétrolier du monde, mais la puissance des États-Unis ou de la Russie ne sera plus qu’un souvenir. Le numéro 2 du pétrole sera le Canada, l’un des six pays seulement à ne pas encore avoir atteint son pic de production. Le taux de déclin des autres pays sera de 5 % par année en moyenne et la production mondiale aura déjà plafonné dès 2016. Ce sont là les principaux résultats d’une récente étude de Jean Laherrère sur les progrès de la déplétion pétrolière. Continue reading « Le palmarès des plus grands producteurs pétroliers de 2040 »

Le nouveau mazout maritime entraînera une hausse du prix du diesel

À partir du 1er janvier 2020, la teneur maximale en soufre du mazout utilisé en transport maritime passera de 3,5 à 0,5 %, et ce, partout dans le monde. Cette décision, prise par l’Organisation maritime internationale en octobre 2016, était attendue depuis longtemps. Les oxydes de soufre émis lors de la combustion de ce mazout de faible qualité provoquent des maladies respiratoires et sont une source de pluies acides. Mais l’adoption d’un produit de meilleure qualité pose des problèmes logistiques qui se traduiront par une hausse de prix sur toute la chaîne du mazout et du diesel. Continue reading « Le nouveau mazout maritime entraînera une hausse du prix du diesel »

Les États-Unis sont-ils devenus le premier producteur mondial de pétrole?

Selon l’agence américaine d’information sur l’énergie, l’EIA, la production de pétrole des États-Unis auraient atteint le seuil de 11 millions de barils par jour les semaines du 13 juillet, du 20 juillet et du 17 août 2018. On a par ailleurs appris que la production de l’Arabie Saoudite aurait glissé de 10,5 à 10,3 millions de barils de juin à juillet. Donc les Américains sont les premiers, non? Ce n’est pas si certain. Ce texte propose une petite plongée dans l’univers opaque des statistiques pétrolières. Continue reading « Les États-Unis sont-ils devenus le premier producteur mondial de pétrole? »