Brûler massivement du bois aggrave les changements climatiques

Le bois utilisé pour la production d’électricité est-il vraiment une source d’énergie neutre en carbone, comme le présument l’Union européenne et les États-Unis? Bien au contraire, estime John D. Sterman, chercheur au MIT. Brûler du bois émet plus de carbone que brûler du charbon et ce carbone n’est jamais réabsorbé à 100 % par la repousse de la forêt. Et pendant son séjour dans l’atmosphère, il contribue au réchauffement du climat et à l’acidification des océans. Continue reading « Brûler massivement du bois aggrave les changements climatiques »

Les possibilités de séquestration du carbone dans les sols agricoles seraient surévaluées

L’augmentation de la teneur en carbone des sols agricoles et forestiers a souvent été avancée comme moyen de lutter contre les changements climatiques. L’initiative française « 4 pour 1000 » cherche même à réunir tous les acteurs du secteur agricole autour d’un objectif d’augmentation de 0,4 % par année pendant 20 ans du carbone du sol. Une récente étude britannique vient toutefois apporter un sérieux bémol : les pratiques recommandées, bien qu’efficaces et louables pour les sols, comportent de sérieuses limites pratiques limitant leur effet sur le climat. Continue reading « Les possibilités de séquestration du carbone dans les sols agricoles seraient surévaluées »

L’Égypte ancienne a réagi aux changements climatiques

La fin de l’âge de bronze a été marquée par un climat très chaud, de graves sécheresses, des migrations massives et par l’effondrement en cascade des civilisations du Moyen-Orient. Seul le Nouvel Empire égyptien a pu se maintenir un moment. Des travaux archéologiques récents montrent que les anciens Égyptiens ont réagi à la crise en réformant massivement leur agriculture, ce qui leur a permis de gagner du temps face à la montée du chaos. Continue reading « L’Égypte ancienne a réagi aux changements climatiques »

Le mur à fruits, ancêtre low tech de la serre

Avant les serres chauffées en verre, il y a eu les murs à fruits. Cette technique passive, qui n’utilisait que la chaleur du soleil, s’est diffusée partout dans le nord de l’Europe à partir du XVIe siècle. Les maraîchers y ont massivement eu recours jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’ajout de panneaux en verre aux murs existants a progressivement mené à l’invention de la serre moderne vers 1890. La recherche de solutions moins énergivores ranime actuellement l’intérêt pour le mur à fruits. Continue reading « Le mur à fruits, ancêtre low tech de la serre »