Le pétrole de schiste croule sous les dettes

On sait déjà que l’industrie américaine du pétrole est très endettée, mais ce n’est qu’une partie de ses problèmes. Son service de la dette est très élevé et au taux de profit actuel sur le pétrole, la ressource sera sans doute épuisée avant que l’industrie n’ait réussi à rembourser ses créanciers. Pourquoi prêter de l’argent de l’industrie dans ses conditions? Parce le secteur de la finance y gagne à court terme et qu’il espère refiler la dette à d’autres avant que la bulle n’éclate. Continuer la lecture de « Le pétrole de schiste croule sous les dettes »

Le palmarès des plus grands producteurs pétroliers de 2040

En 2040, l’Arabie sera toujours le premier producteur pétrolier du monde, mais la puissance des États-Unis ou de la Russie ne sera plus qu’un souvenir. Le numéro 2 du pétrole sera le Canada, l’un des six pays seulement à ne pas encore avoir atteint son pic de production. Le taux de déclin des autres pays sera de 5 % par année en moyenne et la production mondiale aura déjà plafonné dès 2016. Ce sont là les principaux résultats d’une récente étude de Jean Laherrère sur les progrès de la déplétion pétrolière. Continuer la lecture de « Le palmarès des plus grands producteurs pétroliers de 2040 »

Le nouveau mazout maritime entraînera une hausse du prix du diesel

À partir du 1er janvier 2020, la teneur maximale en soufre du mazout utilisé en transport maritime passera de 3,5 à 0,5 %, et ce, partout dans le monde. Cette décision, prise par l’Organisation maritime internationale en octobre 2016, était attendue depuis longtemps. Les oxydes de soufre émis lors de la combustion de ce mazout de faible qualité provoquent des maladies respiratoires et sont une source de pluies acides. Mais l’adoption d’un produit de meilleure qualité pose des problèmes logistiques qui se traduiront par une hausse de prix sur toute la chaîne du mazout et du diesel. Continuer la lecture de « Le nouveau mazout maritime entraînera une hausse du prix du diesel »

Les États-Unis sont-ils devenus le premier producteur mondial de pétrole?

Selon l’agence américaine d’information sur l’énergie, l’EIA, la production de pétrole des États-Unis auraient atteint le seuil de 11 millions de barils par jour les semaines du 13 juillet, du 20 juillet et du 17 août 2018. On a par ailleurs appris que la production de l’Arabie Saoudite aurait glissé de 10,5 à 10,3 millions de barils de juin à juillet. Donc les Américains sont les premiers, non? Ce n’est pas si certain. Ce texte propose une petite plongée dans l’univers opaque des statistiques pétrolières. Continuer la lecture de « Les États-Unis sont-ils devenus le premier producteur mondial de pétrole? »

Pas assez de pétrole ou trop de demande?

La récente hausse du prix du pétrole a provoqué toutes sortes de spéculations dans les grands médias. Pour certains, « le pétrole manque » et les prix vont atteindre des sommets inégalés d’ici quelques mois. Quelques-uns y voient même le début du pic pétrolier. Pour d’autres, si l’Arabie et la Russie ouvrent les vannes de leurs énormes réserves, le prix du pétrole ne va pas tarder à s’effondrer. La vérité, comme toujours, se trouve quelques part entre ces positions extrêmes. Continuer la lecture de « Pas assez de pétrole ou trop de demande? »

Pic pétrolier ou pic de la demande pétrolière?

On entend souvent dire que le pic pétrolier n’est pas un problème parce que les renouvelables vont tuer la demande en carburants fossiles bien avant que leur déplétion ne devienne un problème. C’est la thèse du « pic de la demande pétrolière » (peak oil demand), très répandue dans les milieux économiques et chez certains écolos, parce qu’elle offre une vision rassurante de l’avenir. Mais c’est aller un peu vite en affaires, objecte Robert Rapier. Pour lui, il n’y a aucun signe réel de plafonnement de la demande et le pic pétrolier va nous frapper bien avant. Continuer la lecture de « Pic pétrolier ou pic de la demande pétrolière? »

Pas assez de carbone fossile pour alimenter les pires scénarios climatiques

Les scénarios climatiques qui montrent des niveaux de CO2 extrêmement élevés pour 2100 sont-ils réalistes? En général, ils tiennent pour acquis que les carburants fossiles ne manqueront pas et que seules des mesures délibérées de restriction de la consommation permettront de limiter les taux de CO2 à des niveaux plus ou moins tolérables. Mais reste-t-il réellement assez de carburants fossiles à brûler? Selon deux experts français, le pic pétrolier va faire chuter les émissions bien avant d’atteindre les quantités de carbone prévues par les deux scénarios les plus inquiétants – RCP 6.0 et RCP 8.5. Continuer la lecture de « Pas assez de carbone fossile pour alimenter les pires scénarios climatiques »