280 milliards $ de pertes pour le pétrole et le gaz de schiste depuis 2007

On le sait, l’industrie pétrolière américaine a globalement perdu de l’argent dans le secteur du pétrole et du gaz de schiste. Mais combien? Des données récemment compilées par le Wall Street Journal permettent d’estimer la perte totale à 280 milliards de dollars de 2007 à 2017. Le WSJ rapporte aussi que douze grands investisseurs excédés par ces faibles rendements se sont réunis en décembre dernier pour faire pression sur l’industrie.

Ce rappel à l’ordre survient dans un contexte où les pétrolières ont beaucoup investi pour augmenter leur productivité, construire de nouveaux pipelines et augmenter leurs exportations. La remontée modérée du prix du pétrole en 2017 ne semble pas avoir substantiellement changé la donne. Depuis 2007, les actions des producteurs pétroliers américains ont perdu 31 % de leur valeur, tandis que la valeur du marché boursier augmentait de 80 %, selon l’indice S&P 500.

Bonds Shale
Enter a caption

Valeur des émissions américaines d’obligations (dettes) pétrolières depuis 1995.

On peut se demander pourquoi le secteur financier continue d’investir dans un secteur qui perd continuellement de l’argent. L’une de raisons, c’est que de rares joueurs engrangent malgré tout de forts profits, comme Diamondback Energy, une petite firme active dans le bassin Permien, au Texas. Cela donne un motif d’espoir aux investisseurs. Une autre raison, c’est que les grands joueurs ont d’autres activités ou sont présents dans d’autres régions du monde : les bénéfices qu’ils y réalisent permettent d’éponger la perte découlant de leurs activités de fracturation hydraulique et de déclarer des profits.

 

Quoi qu’il en soit, l’endettement de l’industrie pétrolière s’aggrave. Les investisseurs souhaitent qu’elle se détourne de la recherche de gros volumes de production à tout prix et qu’elle mise plutôt sur plus de rentabilité. Les schistes produiront-ils un jour des bénéfices nets? Tout laisse croire que cette activité demeurera risquée. Un pensez-y-bien pour des pays, comme l’Algérie, qui songent à la fracturation pour relancer une activité pétrolière conventionnelle en déclin.

Sources :

Wall Street Tells Frackers to Stop Counting Barrels, Start Making Profits, https://www.wsj.com/articles/wall-streets-fracking-frenzy-runs-dry-as-profits-fail-to-materialize-1512577420

Rising Production And Higher Prices Don’t Resolve Shale Sector’s Woes, http://energyfuse.org/rising-production-higher-prices-dont-resolve-shale-sectors-woes/

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s