Pour l’Office national de l’énergie, l’avenir appartient au pétrole!

L’Office national de l’énergie (ONÉ) a publié, le 2 novembre, son nouveau rapport intitulé Avenir énergétique du Canada 2018 : Évaluation du marché de l’énergie. Bien que cet exercice couvre en principe tous les aspects de la production énergétique canadienne, il étudie principalement la production pétrolière, à laquelle il prédit un bel avenir au Canada. La part des énergies renouvelables semble au contraire appelée à stagner. De la part d’un organisme réglementaire aussi influent que l’ONÉ, cette vision de l’avenir est plutôt déprimante.

ONÉ mix énergétique

Hypothèses de départ

Le rapport débute par une série de « conclusions » qui semblent souvent énoncer des hypothèses plus que des résultats. Parmi les principales, notons celles-ci :

  • La consommation d’énergie du Canada n’augmentera que très lentement, soit de 5 % seulement sur la période allant de 2017 à 2040. Ceci représente une croissance de la demande de 0,3 % par année seulement, un chiffre très bas que l’ONÉ attribue à l’amélioration prévisible de l’efficacité énergétique.

  • En raison de cette croissance minimale de la demande et de l’augmentation de la population canadienne, la production chaque unité de PIB devrait exiger 30 % moins d’énergie qu’en ce moment et la consommation par personne devrait être de 15 % inférieure.

  • La production électrique à partir de charbon, déjà plutôt marginale, va disparaître au profit d’une très lente croissance des énergies renouvelables autre que l’hydroélectricité.

  • Détail intéressant, la demande totale en énergie dépendra en bonne partie de l’énergie requise pour assurer la production de pétrole et de gaz naturel. Dans le scénario de référence de l’ONÉ, cette hausse de 5 % de la consommation d’énergie porte le total à 12 368 pétajoules (une hausse d’environ 620 PJ de 2017 à 2040), mais des prix pétroliers peu élevés limiteraient ce total à 11 676 (hausse à peu près nulle) et des prix élevés la feraient atteindre 12 805 PJ (une hausse de l’ordre de 8 %).

ONÉ évolution du pétrole

Production pétrolière

Les conclusions les plus intéressantes du rapport concernent la production pétrolière. L’ONÉ annonce que la production canadienne de pétrole passera de 4,4 millions de barils jour (Mb/j) en 2017 à 6,9 Mb/j en 2040. Un scénario de prix élevés évoque même 9,1 Mb/j, ce qui rapprocherait le Canada des niveaux de production actuels de pays comme l’Arabie saoudite, la Russie et les États-Unis! La méthodologie utilisée, qui laisse très peu de place à la géologie pour spéculer sur l’évolution des prix, est discutable. Même la CAPP (l’Association canadienne des producteurs pétroliers) ne prévoit pas une production aussi élevée.

Dans le scénario de référence, la part du pétrole conventionnel atteint le niveau très près de 2 Mb/j en 2040, soit une production de 730 millions de barils par année. Un seul hic : l’ONÉ n’estime les réserves pétrolières classiques prouvées qu’à 5 milliards de barils, soit moins de sept ans de production à ce rythme. Le reste des 170 milliards de barils en réserve est constitué de bitume. Le chiffre de 5 milliards de barils n’est pas absurde. L’expert pétrolier français Jean Laherrère a récemment établi que 78 % des réserves canadiennes ultimes étaient épuisées – il resterait 7,7 milliards de barils de pétrole sur une quantité initiale de 35 milliards de barils de pétrole classique.

ONÉ réserves et ultime

C’est ici que l’ONÉ s’embrouille. L’organisme estime qu’il reste 26 milliards de barils de pétrole à extraire au Canada, soit de 5 fois plus que les réserves connues selon ses propres données et 4 fois plus que la part restante de l’ultime selon Laherrère. Cette estimation contient aussi de plus 10 milliards de barils de pétrole arctique, qui ont été rayés des inventaires pétroliers de la CAPP il y a près de 25 ans parce que cette ressource est intransportable. Le chiffre pour le bitume, soit 303 milliards de barils, estt tout aussi fantastique. Ces données laissent entendre que l’ONÉ confond la ressource en place, pas forcément exploitable, avec la réserve prouvée et exploitable, ce qui est une erreur méthodologique.

Si la chose paraît étonnante de la part d’un organisme comme l’ONÉ, il y a pourtant des précédents. L’ONÉ, par exemple, évalue dans un autre rapport les « réserves » du gisement gazier de Montney, en Colombie-Britannique, à un niveau 13 fois plus élevé que l’exploitant lui-même, ce qui ne s’explique que par une confusion entre réserve et ressource en place.

ONÉ prod bitume 2005-2040
Les projections élevées de l’ONÉ en matière de bitume.
ONÉ - CAPP prod bitume 2030
Les projections de la CAPP pour tous les produits pétroliers – la part du bitume est plus modeste que dans celles de l’ONÉ.

L’ONÉ estime les réserves pétrolières restantes (conventionnel et bitume combinés) à 329 milliards de barils. Il s’agit d’un chiffre gigantesque, sans commune mesure avec les autres évaluations disponibles. La CAPP estime les réserves pétrolières ultimes (totales, y compris celles déjà exploitées) à environ 150 milliards de barils et Jean Laherrère, à environ 125. L’écart est énorme et semble indiquer que l’ONÉ maîtrise mal la géologie pétrolière.

Sur la base de données plus prudentes et mieux étayées, Jean Laherrère estimait, en mars dernier, la production pétrolière canadienne de 2040 à environ 5,5 Mb/j, dont 0,4 Mb/j seulement de pétrole conventionnel. Cette évaluation semble plus réaliste, quand on se souvient qu’au Canada, le pic de la production pétrolière conventionnelle a été franchi en 1973. La CAPP estime pour sa part la production pétrolière canadienne à 5 Mb/j en 2030, ce qui est cohérent avec les chiffres de l’expert français.

Production gazière

Les données de l’ONÉ sur la production de gaz naturel manquent également de solidité. Le rapport ne fournit aucune indication sur l’état des réserves, mais affirme sans plus de détails qu’à partir de 2021, la hausse des prix du gaz va permettre un redémarrage de la production (qui est actuellement inférieure de 15 % environ à son pic de 2001). La production canadienne de gaz devrait donc, selon l’ONÉ, passer de 15,6 milliards de pieds cubes par jour (Gpi3/j) en 2017 à 20,9 Gpi3/j en 2040. Ceci correspond à une production annuelle de 7600 Gpi3, ce qui serait de loin supérieur au pic de 2001 (6400 Gpi3).

Jean Laherrère estime pour sa part la production gazière canadienne de 2040 à environ 3800 Gpi3. Et il appuie cette estimation sur des données géologiques détaillées sur l’état des réserves.

ONÉ Capacité renouvelables 2040

Production électrique

En ce qui concerne la production électrique, l’ONÉ prévoit peu de changement. La part de l’hydro-électricité va demeurer stable, à près de 60 %, tandis que le charbon, déjà marginal, va disparaître et que les autres renouvelables vont connaître une très lente progression. La production électrique totale devrait passer de 640 GWh en 2016 à environ 720 GWh en 2040.

En fait, au Canada, la demande d’électricité a crû de 1 % par année de 1990 à 2016. L’ONÉ estime qu’elle ne croîtra que de 0,6 % par année de 2017 à 2040. On voit mal comment cette faible progression pourrait soutenir une électrification soutenue des transports et de l’industrie, même en tenant compte des gains d’efficacité.

En ce qui concerne l’éolien, le solaire et la biomasse, l’ONÉ prévoit que la capacité installée devrait passer de 17 GW en 2016 à 34 GW en 2040, soit un très maigre doublement de la (médiocre) capacité installée en 24 ans. La production d’électricité renouvelable, pour sa part, augmente dans la même proportion, de 42 TWh en 2016 à 89 TWh en 2040. Au total, la part de ces trois formes d’énergie renouvelables n’atteindra que 12 % de l’ensemble en 2040. Le solaire, notamment, ne représentera alors que 1,2 % de la production électrique canadienne.

Et le CO2?

L’ONÉ élude pour l’essentiel la question des émissions de gaz à effet de serre. Elle reconnaît que la consommation canadienne de carburants fossiles en 2040 sera de 4,7 % supérieure à ce qu’elle est actuellement (et de 9,7 % supérieure à son niveau de 2005), mais n’avance aucun chiffre pour ce qui est émissions de carbone. L’organisme se contente de dire que la quantité d’émissions sera inférieure par quantité d’énergie consommée, tout en taisant le fait que les émissions totales seront supérieures. Ceci renoue essentiellement avec la doctrine de « l’intensité des émissions » chère à l’ex-gouvernement Harper.

L’ONÉ est l’organisme du gouvernement fédéral qui réglemente la valorisation des ressources énergétiques, le commerce de l’énergie et les pipelines. Son mandat couvre les aspects économiques, sociaux et environnementaux des projets sur la totalité de leur cycle de vie, de la construction au démantèlement sécuritaire des installations.

Que doit-on retenir de ce rapport? L’ONÉ ne semble pas envisager des changements importants dans le mix énergétique canadien d’ici 2040. L’évolution sera lente et l’ONÉ ne semble pas vouloir infléchir les tendances actuelles vers une autre direction. L’avenir, selon l’ONÉ, est clairement à l’exploitation toujours plus massive des produits pétroliers, pas tellement à l’intention des Canadiens, mais à la destination des marchés d’exportation.


Ce programme est, évidemment, impossible à concilier avec les engagements du Canada dans le cadre de l’accord de Paris.

Sources :

 

7 réflexions sur “Pour l’Office national de l’énergie, l’avenir appartient au pétrole!”

  1. Ils n’ont pas l’air au courant pour le réchauffement. Personne ne les a prévenus ?
    On dirait aussi qu’ils partent des courbes voulues et en déduisent les quantités nécessaires …
    Ils n’ont pas l’air au courant non plus que le pétrole sort du sol et n’est une ressource dans un jeu virtuel.

    J’aime

    1. «On dirait aussi qu’ils partent des courbes voulues et en déduisent les quantités nécessaires» – Oui, c’est essentiellement cela. Tout se base sur des projections économiques et on calcule les quantités d’énergie nécessaires ensuite, mais sans trop se poser de questions sur la disponibilité des ressources et leur impact sur le climat.

      J’aime

  2. Et tout cela en supposant que toutes les nations du monde leur laisseront le loisir de profiter seuls de leur production….

    J’aime

  3. Je me demande aussi si «les gains d’efficacité» énergétique (à venir) sont basés sur des analyses sérieuses ou s’ils ne sont que de simples projections des courbes actuelles…

    J’aime

  4. Il est urgent de prendre des mesures de taxation des produits exportés par les pays à la trop forte production de co2: usa, Canada, Australie sinon la concurrence ne sera pas tenable entre ceux qui chercheront à produire de manière Durable et les autres

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s