La Chine applique les freins sur l’énergie solaire

La Chine a annoncé au début du mois qu’elle réduirait les subventions accordées à l’achat d’électricité de source renouvelable de 0,05 yuan par kWh, ce qui représente une coupure de 6 à 9 % selon la région du pays. On s’attend en conséquence à ce que les nouvelles installations de panneaux solaires baissent d’un tiers en 2018 et de plus de la moitié d’ici 2020. Ceci s’ajoute à de nouvelles mesures restrictives sur le déploiement d’éoliennes et à une chute de la demande pour les panneaux solaires à l’étranger.

En Chine, les subventions à l’achat d’électricité renouvelable sont financées par une caisse publique alimentée par une surcharge sur la facture d’électricité des clients. Mais cette caisse connaît des déficits récurrents, qui atteignent actuellement 100 milliards de yuans, soit l’équivalent de 15,6 milliards de dollars. La décision de réduire les subventions viserait à contrôler ce déficit. Mais elle pourrait avoir de graves conséquences dans un pays dont la consommation énergétique augmente aussi rapidement.

Chinese solar deployment
Installation de panneaux solaires en Chine. Les grands parcs au sol sont indiqués en gris, les parcs distribués sur toit en bleu. Les chiffres pour 2018-2021 sont des projections faites avant l’annonce de la réduction des subventions et ne reflètent pas son effet sur la demande.

La Chine a augmenté sa capacité solaire d’une quantité record 53 GW en 2017, contre 38,6 GW de nouvelles centrales au charbon. Ceci représente une hausse de 54 % par rapport aux déploiements solaires de 2016, mais la diminution des subventions donnera un sérieux coup de frein aux nouveaux projets. Les observateurs s’attendent à ce que les nouveaux déploiements soient de l’ordre de 30 à 35 GW seulement cette année et d’à peine 20 à 25 GW en 2020.

Les subventions aux installations de parcs solaires « distribués » – sur le toit des immeubles et des usines – seront aussi limitées à 10 GW, ont indiqué les autorités chinoises. Cette politique suit de peu une autre annoncée en mai, stipulant que les nouveaux parcs éoliens seraient soumis à des appels d’offres compétitifs. Cette pratique tend à réduire les bénéfices des entreprises et à augmenter le risque financier lié à l’investissement.

L’industrie photovoltaïque chinoise pourrait connaître des jours difficiles, parce qu’on s’attend aussi à une baisse de la demande en Inde et aux États-Unis, notamment en raison des tarifs douaniers imposés par le président Trump. La Chine, les États-Unis et l’Inde représentent ensemble 60 % de la demande mondiale pour les panneaux solaires, qui devrait atteindre 108 GW cette année.

 

Sources :

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s