Anatomie du pic pétrolier en deux tableaux

Selon Colin J. Campbell, l’un des géologues pétroliers qui a popularisé le concept de pic pétrolier, la production mondiale de pétrole et de gaz naturel devrait plafonner vers 2020, puis diminuer d’environ 45 % d’ici 2050. De plus, la production conventionnelle devrait continuer à dominer en ce qui concerne l’énergie nette livrée par l’industrie, parce que le bilan du pétrole extralourd, polaire off-shore est miné par le faible taux de retour de son exploitation. Deux tableaux synthétiques décrivent ces tendances.

Ce travail colossal de compilation et d’analyse des données date de 2015, mais il a été publié dans une revue scientifique peu connue, The Oil Age, dont une partie des archives vient d’être rendue publique en accès libre. En plus de publier ses résultats, l’auteur expose l’incertitude croissante qui entoure les données pétrolières et décrit en détail la méthodologie utilisée, y compris les approximations qui ont été nécessaires pour contourner les difficultés.

La difficile collecte des données

Les données disponibles pour effectuer une telle modélisation sont généralement de mauvaise qualité, constate-t-il. D’une part, les sources sont trop nombreuses : BP Statistical Review, revues spécialisées, statistiques nationales des divers pays producteurs… Toutes ces données sont compilées sur la base de définitions très variables et présentées dans des formats qui ne facilitent pas les comparaisons. Ces dernières années, la prolifération de petites entreprises pétrolières très orientées sur le marketing de leurs projets à l’intention des investisseurs a aussi compliqué la collecte de données fiables.

Les données officielles de nombreux pays producteurs sont également entachées par des calculs politiques et stratégiques. En 1985, par exemple, les réserves du Koweït ont mystérieusement bondi de 64 à 90 milliards de barils. Quelques années plus tard, l’Arabie Saoudite a révisé ses réserves de 170 à 258 milliards de barils – un chiffre qui n’a jamais été réévalué depuis, en dépit de tout le pétrole extrait. Les pays de l’ex-URSS définissent leurs réserves d’une manière très différente, qui tend à les gonfler hors de proportion. Il faut les corriger pour obtenir des données comparables avec le reste.

Aux États-Unis, c’est l’inverse : les règles boursières interdisent strictement les pratiques qui tendent à gonfler frauduleusement les réserves, mais la sous-déclaration est considérée comme une forme très louable de prudence. Enfin, il existe des bases de données privées accumulées et validées à grands frais, mais leur accès est extrêmement coûteux et comporte souvent des clauses de confidentialité qui les rendent inutilisables par les chercheurs.

La modélisation

Ces précautions étant posées, Colin J. Campbell explique sa méthodologie. Il explique aussi pourquoi le tableau finit en 2050 plutôt que de se poursuivre jusqu’à épuisement total de la ressource. En fait, dit-il, comme il est peu probable que le dernier baril soit trouvé et exploité, cela limite la nécessité de poser des hypothèses plus ou moins solides sur les circonstances exactes de la fin de la production. Cela permet aussi d’atténuer les problèmes de fiabilité des données, les réserves surdéclarées ne posant vraiment problème que vers la fin de la période de déclin.

Oil by category 1939-2050

Le premier tableau montre l’évolution de la production de pétrole et de gaz d’origine fossile. Il exclut les biocarburants et les carburants de synthèse. Il distingue plusieurs catégories de produits, dont l’off-shore en eaux profondes, et amalgame le pétrole extralourd et le pétrole de schiste en une seule catégorie. « NGL » désigne les condensats, cette portion de gaz naturel qui se liquéfie d’elle-même dès son extraction (comme le butane, par exemple).

Le tableau montre que le pétrole conventionnel a atteint son pic dès 2005 et que le pic du pétrole, toutes catégories confondues, pourrait avoir eu lieu dès 2015. La production de toutes les catégories de gaz pourrait plafonner dès 2024. En conséquence, le pic de tous les hydrocarbures pourrait avoir lieu vers 2020. Mais il ne faut pas accorder une importance démesurée à ces jalons. « Compte tenu de l’incertitude entourant les données de base, écrit Campbell, l’importance de ce tableau ne réside pas dans les dates précises qu’on y trouve, mais dans le [taux de] déclin qu’il indique après le passage des divers pics. »

Oil net energy 1950-2050

Le second tableau montre les mêmes données en termes d’énergie nette – la quantité d’énergie livrée à la société après déduction de l’énergie utilisée pour le processus d’extraction. On notera par exemple que 75 % d’énergie nette correspond à 25 % d’énergie utilisée pour l’extraction, ce qui est l’équivalent d’un taux de retour énergétique de 4:1. Campbell considère que la portion conventionnelle du pétrole présente encore un honorable TRE de 20:1.

L’auteur conclut que ces données montrent que le « premier âge du pétrole », celui de l’expansion, touche à sa fin. Nous entrerons sous peu dans une ère de déclin modéré, mais soutenu. Il estime aussi que même si le pétrole non-conventionnel devait connaître plus de succès que prévu, son impact sur l’énergie nette disponible demeurerait modeste. Colin J. Campbell pense aussi qu’une fois le passage du pic pétrolier reconnu, il sera plus facile de réagir en adoptant les renouvelables ou en réduisant la consommation d’énergie, par le localisme par exemple.

 

Source :

C. J. Campbell, Modelling Oil and Gas Depletion (2015)

 

6 réflexions sur “Anatomie du pic pétrolier en deux tableaux”

  1. Quand le problème est mal posé , ou qu’ il intègre des données incertaines,on ne peut pas avoir une bonne solution…Qu’a cela ne tienne,nous appartenons à un monde en perpétuel devenir ,gouverné par l’incertitude.
    Ne perdons pas de vue notre
    impèratif objectif: La sauvegarde de notre environnement terrestre
    “Le sens de l’intérêt collectif “
    Merci de toutes ces informations.

    J’aime

  2. NYOUZ2DÉS: TEXTE MÉDIOCRE. Philippe Gauthier est capable de nous pondre de bons textes, mais celui-ci est mal construit. C’est d’autant plus dommage que le sujet est extrêmement important. ___ Il manque une section « analyse » ou « critique » à ce texte. Nous avons besoin de critique dans un texte, comme le fait si bien Jean-Marc Jancovici. ___ La critique qu’il y a lieu de faire ici est que la courbe de production de pétrole diminue doucement après le pic pétrolier. C’est impossible. ___ Personne sur terre, aucun économiste (même les prix Nobel), aucun gouvernement ne sait gérer une décroissance économique finale. Personne ne sait faire cela, c’est pourquoi les élus nous cassent les oreilles à longueur de journée avec leurs « croissance ». ___ Personne ne peut investir des milliards dans un projet alors qu’il sait que la production ou les ventes vont diminuer demain. Ou seront les profits? Comment les investissements seront-ils remboursés? Les investisseurs ne sont pas plus stupides que nous. Sans croissance économique aucun prêts ne peut être remboursé. C’est ce que nous explique Gail Tverberg (qui est actuaire) et James Howard Kunstler par exemple. ___ Voir mon site internet qui contient 90% de sujets économiques dans ses plus de 60 000 pages de textes choisis.

    J’aime

    1. Votre commentaire est dure avec l’auteur d’un site passionnant et de grande utilité, mais vous, comme Gail Tverberg, avez hélas raison sur le fond. L’auteur explique que Colin Campbell prend la précaution de la ne pas aller au-delà de 2050, parce qu’au-delà on entre dans un chaos imprédictible. C’est hélas bien trop optimiste. On bascule effectivement en territoire inconnu dès la baisse de production, et on tombe de la falaise de Sénèque.

      Jancovici, éminent lanceur d’alerte, que vous citez également, montre un optimisme des plus courageux et plus louable, lorsqu’il veut nous convaincre qu’il nous est possible encore de nous mettre en ordre de bataille pour gérer la décroissance, par ce que nous n’avons pas le choix.

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s