Le rapide essor de l’autobus électrique

Si la diffusion des voitures et des camions électriques reste lente, on ne peut pas en dire autant des autobus électriques, dont l’heure semble venue. En Chine, les véhicules électriques représentaient déjà 17 % de la flotte d’autobus en 2017. Les villes chinoises mettent 9 500 nouveaux autobus électriques en circulation chaque mois. Pour le moment, 99 % des quelque 385 000 autobus électriques du monde roulent en Chine, mais le reste de la planète commence à emboîter le pas.

China bus sales
Ventes annuelles d’autobus électriques (noir) et hybrides (rose) en Chine.

Le mode d’organisation des transports en commun et la nature des autobus facilitent l’adoption de véhicules électriques. Une autonomie modérée suffit et les véhicules restent relativement légers et lents, ce qui réduit la consommation d’énergie. Les arrêts fréquents favorisent aussi la freinage régénératif. La recharge a lieu dans des dépôts centralisés selon des horaires prévisibles et la gestion des flottes est souvent plus axée sur les coûts opérationnels que sur les coûts d’acquisition des véhicules.

La consommation de pétrole en Chine est de l’ordre de 12 millions de barils par jour. On estime que la flotte chinoise de véhicules électriques (voitures comprises) permettra de la réduire d’environ 279 000 barils par jour cette année, une hausse de 37 % par rapport à 2017. Les autobus représenteraient à eux seuls 233 000 barils sur ce total, l’équivalent d’environ 2 % de la consommation pétrolière du pays. Le mix électrique très carboné de la Chine limite l’impact de ces économies sur les émissions de carbone, mais dans un monde inquiet de l’avenir des approvisionnements pétroliers, la perspective de réduire la consommation pétrolière de plus de 10 % simplement en électrifiant 100 % des autobus est séduisante.

Electric buses Europe
Principales flottes de véhicules électriques (noir) et hybrides (rose) en Europe en 2017.

L’Europe et l’Amérique du Nord sont en retard sur la Chine en matière d’électrification des autobus, mais l’intérêt grandit rapidement. Beaucoup de pays évaluent des véhicules électriques, bien que les décideurs semblent encore hésiter entre les véhicules à batterie et les hybrides rechargeables. En 2017, la Grande-Bretagne disposait de 344 autobus électriques. C’était la plus grande flotte de ce genre en Europe, dépassant de peu les efforts de l’Allemagne et de la Hollande. En Amérique du Nord, la ville de Montréal disposait à elle seule de 158 autobus hybrides à la fin de 2017, un nombre qui passera à 300 dès 2020.

L’autobus électrique semble donc avoir atteint une maturité technologique suffisante et bien répondre aux besoins des flottes de transport en commun. Il ne serait pas étonnant de le voir se généraliser ces prochaines années, alors que les voitures et les camions seront encore très largement alimentés au pétrole. Par contre, dans les économies qui dépendent plus de la voiture que celle de la Chine, l’impact sur la demande en carburant pourrait être limité. Les autorités britanniques estiment qu’électrifier à 100 % leur flotte d’autobus ne réduirait que de 0,7 % la consommation nationale de diesel.

 

Source :

Electric Buses Are Hurting the Oil Industry

 

2 réflexions sur “Le rapide essor de l’autobus électrique”

  1. NYOUZ2DÉS: il n’y a aucun avenir dans le domaine des autobus électriques (ni des voitures électriques). Il faut une infrastructure industrielle à base d’énergies fossiles pour permettre aux véhicules électriques d’exister. Pire: puisque que ce sont les divers gouvernements (municipaux et nationaux par exemple) qui achètent des autobus, il faut des finances nationales en bon état pour que ces services public fonctionnent. Or, tous les pays du monde sont totalement en faillite (voir à ce sujet mon site internet: articlesdujour.com). Sans compter que c’est la fin de notre civilisation industrielle. Le seul moyen de transport où il y a de l’avenir est la marche à pied.
    Article vraiment médiocre de Philippe Gauthier.
    Nous ne sauverons pas le Titanic du naufrage en jetant un verre d’eau par-dessus bord.

    J’aime

  2. je suis d’accord avec Jean Pierre . Mettre en place de l’électrique ( bus ou voiture) dans une système non décarbonée est totalement stupide.
    Enfin, il apparaît que les expérimentations proches de chez nous sont loin d’être positives.
    De ce côté là, Mme Hidalgo s’est encore distinguée en faisant portée le test sur 900 bus hybrides!!!
    http://transporturbain.canalblog.com/

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s